Les tendances sur la protection des données en 2022

Un rapport de l’éditeur Veeam évalue les stratégies de protection des données mises en place dans les organisations en 2021. Il met spécifiquement en évidence l’écart permanent entre les pratiques de sauvegarde et de récupération des données et les besoins de l’entreprise.
Veeam, éditeur spécialisé dans la sauvegarde des données, vient de publier son rapport 2022 Data Protection Trends. Au total, 3 000 décideurs et professionnels de l’informatique travaillant dans de grandes entreprises ont partagé leurs pratiques dans 28 pays de l’enquête. L’un des principaux enseignements de cette recherche est que l’écart entre la pratique professionnelle et les attentes persiste. Ainsi, 90 % des personnes interrogées dans le monde observent un écart entre le délai effectif de reprise d’activité après un incident et le délai prévu.

Le cloud trouve sa place dans les dispositifs de protection des données

L’enquête a également montré que si les pannes matérielles et logicielles étaient plus fréquentes que les incidents de cybersécurité, ces derniers avaient le plus grand impact. En 2021, 76% des entreprises dans le monde ont subi au moins une attaque de ransomware (79% en France). Dans 42% des cas, ces attaques ont été déclenchées par des actions de l’utilisateur (comme cliquer sur des liens malveillants), et dans 43% des cas, elles ont exploité la négligence de l’administrateur (correctifs, droits d’accès mal configurés, etc.), répondants de ceux qui ont réussi à récupérer seulement 64%, en moyenne, seuls 36% ont réussi à récupérer plus de 80%. Ainsi, en moyenne, un tiers des données sont perdues dans ce cas.

Enfin, le rapport Veeam démontre que les stratégies de sauvegarde s’adaptent aux environnements d’entreprise hybrides. D’ici 2022, environ la moitié des machines des répondants seront dans le cloud, le reste étant réparti entre des serveurs virtuels et physiques hébergés dans des centres de données. De plus, 67% utilisent déjà des services cloud pour la protection des données (68% en France). Concernant la sauvegarde, la première attente des répondants est la capacité à supporter les charges de travail dans le cloud (soit en IaaS, soit en SaaS). Cinquante-six pour cent des participants ont déclaré que cette attente était supérieure à la prise en charge des applications d’entreprise (53 %). Enfin, plus de la moitié des répondants (51%) prévoient de s’appuyer sur le cloud pour construire des systèmes de reprise après sinistre en 2023, notamment via des solutions DRaaS (disaster recovery as a service).

1 réflexion au sujet de « Les tendances sur la protection des données en 2022 »

Laisser un commentaire