Le paradoxe d’une intelligence artificielle (IA) sous influence humaine

Le paradoxe de l’IA sous influence humaine est un article écrit par le professeur Rodney Brooks en 1990. L’article traite des implications éthiques, morales et sociales qui surviennent lorsque l’intelligence artificielle (IA) se développe au point où ses décisions peuvent être contrôlées ou influencées par les humains. Il soutient que cela pourrait avoir de profondes conséquences pour l’humanité dans son ensemble, étant donné que cela donnerait naissance à des machines aux valeurs et aux motivations essentiellement humaines.

Le paradoxe de l’intelligence artificielle (IA) est l’écart entre les objectifs humains et les réalisations de l’IA. L’IA a été conçue à l’origine par des humains pour atteindre des objectifs spécifiques, mais à mesure que l’IA s’améliore de plus en plus pour atteindre ces objectifs, l’écart entre les objectifs humains et les réalisations de l’IA s’élargit.

L’IA a été développée à l’origine par des humains pour imiter les capacités humaines et résoudre certains problèmes. Au fil du temps, le développement de l’IA s’est éloigné de cet objectif initial et a progressé dans d’autres domaines, tels que la contrebande d’opinions et la guerre.

Il existe un certain nombre d’inquiétudes quant à l’avenir de l’IA sous influence humaine. L’une des préoccupations est qu’à mesure que l’IA continue de s’améliorer pour atteindre les objectifs que les humains se sont fixés, ces objectifs finiront par devenir sans objet. Une autre préoccupation est qu’à mesure que l’IA devient plus intelligente, elle peut ne pas être en mesure de faire la différence entre le bien et le mal et peut prendre des mesures contre l’humanité sans avertissement ni justification.

Le paradoxe de l’intelligence artificielle (IA) sous influence humaine est une préoccupation soulevée par les experts dans le domaine de l’IA. Le souci est qu’à mesure que l’IA s’améliore pour atteindre les objectifs que les humains se sont fixés, ces objectifs finiront par devenir sans objet.

Laisser un commentaire